EFT Technique de libération émotionnelle

L’EFT -Techniques de Libération Emotionnelle-

Gary Craig : père fondateur de l’EFT

Les bénéfices de l’EFT -Techniques de Libération Emotionnelle-

L’EFT permet de se libérer de nos émotions négatives, de soulager nos douleurs, et d’aider à les dépasser. L’EFT permet de se réconcilier avec soi-même. Pour ce faire, elle nous amène à reprendre le contrôle et retrouver amour de soi et confiance dans tous les domaines de notre vie.

Le cerveau émotionnel

Pour comprendre l’EFT, il faut revenir sur le fonctionnement de notre cerveau émotionnel.

Pour simplifier notre cerveau émotionnel est constitué du :

  • Cerveau du bas dit reptilien ou archaïque -tronc cérébral + le système limbique avec l’Amygdale
    Responsable des émotions fortes et des fonctions basiques. Il traite l’immédiat. Cela permet d’agir en cas de stress, de peur, de danger potentiel.L’Amygdale nous met en état d’alerte, de vigilance. Pour cela, elle secrète des hormones (noradrénaline, cortisol), pour mieux se préparer au COMBAT ou à la FUITE. C’est un réflexe primitif de survie. Il permet d’agir sans avoir à réfléchir, c’est très utile en cas de vrai danger, mais peut poser problème quand il n’y en a pas. La réflexion, la négociation n’est alors plus possible.

    Cerveau du haut -cortex et cortex pré frontal– :
    Responsable de processus plus complexes comme penser, imaginer, planifier. C’est le siège du conscient, de la pensée, de l’analyse et de la réflexion. C’est ce qui permet de relativiser et de se projeter à moyen et long terme.
    -hippocampe- :
    qui mémorise les événements et les expériences.
    Rq: Il est intéressant de noter que le pré-frontal et l’hippocampe ne seront pleinement mature qu’adulte. L’enfant n’a donc que très peu de recul critique et agit plus sur le non verbal et le mimétisme.

Fonctionnement du cerveau émotionnel, lors d’un stress ponctuel :

> Lorsque qu’un évènement extérieur crée un stressl’Amygdale joue son rôle et se met en état d’alerte. L’Amygdale débranche alors le cortex pré frontal, ce n’est plus le moment de réfléchir, il faut agir rapidement, c’est l’instinct de survie qui prime.
> L’Hippocampe entre alors en jeu. Il repère l’élément stressant et le compare aux éléments mémorisés.
– Si l’élément est connu et que c’est sans danger : il éteint l’amygdale et rebranche le pré-frontal.
Ex: le bruit nocturne entendu est reconnu (tout va bien, c’est le chauffage qui se déclenche).
– Si c’est dangereux ou inconnu : il laisse l’amygdale en état d’alerte et le pré-frontal reste débranché.
Ex: le bruit nocturne entendu n’est pas reconnu (alerte, danger potentiel).

Problème lors de stress chronique, de dys-stress : :
Là ou ca devient problématique, c’est dans le cas de stress chronique. Le danger n’est que très relatif mais l’état d’alerte demeure permanent et le pré-frontal est maintenu éteint. Autrement dit, on n’a plus la capacité de prendre du recul.

Fonctionnement de l’EFT

Pour nous libérer de ce dys-stress, de cet état de stress chronique, l’EFT vient apaiser l’amygdale en favorisant une conscience corporelle, elle vient modifier la réponse face à l’anxiété. Il s’agit alors de changements cognitifs profonds.
Toutes causes négatives entraine un déréglément du système énergétique corporelle. De fait, l’EFT vient réguler les énergies, il s’agit alors de re-programmer et d’accorder la tête et le corps.

Comme avec les soins énergétiques et la médecine traditionnelle chinoise, l’EFT va réguler les énergies en reprogrammant et accordant Tête & Corps.

// EFT ET SOINS ÉNERGÉTIQUES

Déroulement d’une séance EFT

– Tout d’abord, un temps de discussion permet d’établir votre problématique actuelle à traiter. Une phrase de préparation et une de rappel sont alors construites.
– Avant de commencer vous évaluer votre dérangement.
– En restant concentré sur ses ressentis, vous allez tapoter le point Karaté ou masser le point sensible. En même temps, vous répétez la phrase de préparation.
– Ensuite, il s’agit de tapoter 8 ou 9 points précis, connus en acupuncture, en se concentrant et énonçant les aspects négatifs de cette problématique, via votre phrase de rappel.
– En fin de ronde, vous réévaluez votre dérangement.
– Au besoin, on refait une ronde, jusqu’à descendre suffisamment, voir à 0.

vers des relations saines

Construire des relations saines


RELATIONS STEREOTYPEES et DYSFONCTIONNELLES

le triangle dramatique de Karpman «Victime Persécuteur Sauveur»

Stephen Karpman : psychiatre Américain -élève d’Eric Berne- 1910 1970 Fondateur de l’analyse transactionnelle : Outil de diagnostic d’un patient qui exprime une souffrance et outil de classement dans une catégorie psychologique et enfin outil pragmatique de thérapie d’un patient qui participe à toutes les phases du diagnostic et du traitement.

Théorie du Triangle Dramatique publiée en 1968 dans son article « contes de fées et analyse dramatique du script » :
Ce triangle met en évidence un scénario relationnel typique entre victime, persécuteur et sauveur.
Ces relations stéréotypées engendrent une «mécommunication», c’est à dire une incompréhension entrainant un conflit ou une rupture d’échange.
De plus, ils sont binaires dans leur comportement : c’est tout noir ou tout blanc. Il n’y a pas de juste milieu, nécessaire pour un échange véritable.
Ce type de relation engendre alors des relations dysfonctionnelles, via des jeux psychologiques de dépendance et de manipulation. Ces relations sont subies et vécues comme désagréables… ça tourne en rond dans ce triptyque.
Ces relations sont alors contre-productives. Car les protagonistes deviennent dépendant les uns des autres et n’ont plus de recul sur leurs émotions et idées propres.

Identifier ce triangle permettra d’apprendre à en sortir et de repartir sur des bases saines.
Il s’agit d’apprendre à se connaître, à s’écouter et se positionner tout en échangeant et prenant en compte les autres .

cf. communication Non violente

Enfermé dans ce triangle relationnel malsain,

nous jouons tour à tour différents rôles :

Couple, famille, monde professionnel, addictions … Les situations où se manifeste ce triangle dramatique sont presque infinies.

Ex: jeu manipulatoire des rôles au quotidien : S1 bourreau de S2, le manipule. S1 affirme à S2 : « Tu n’as pas honte de refuser de manger ces bons haricots verts ? Quand je pense aux efforts que Pépé a faits pour les semer, les désherber, et les ramasser alors qu’il a mal au dos ! » S1 bourreau de S2, se fait passer ici pour un sauveur de pépé décrit en victime (qui est ici absent) et place S2 en bourreau.

Cette théorie d’analyse transactionnelle de 1968 a été qualifiée comme le E=MC2 de la gestion des conflits.

La victime

Elle attire le sauveur qui veut lui venir en aide. C’est donc un rôle de choix pour attirer l’attention sur soi quand on sait bien en jouer. C’est un rôle qui appelle quelqu’un à être persécuteur, attente qui sera remplie ou non par l’entourage. Le plus souvent, la victime a un problème de dépendance.
La position de la victime est « Pauvre de moi ! » La victime se sent victimisée, opprimée, impuissante, sans espoir, honteuse et semble incapable de prendre des décisions, de résoudre des problèmes, de prendre plaisir à la vie ou d’obtenir des idées. La victime, si elle n’est pas persécutée, cherchera un persécuteur et également un sauveur qui sauvera la situation, mais perpétuera également les sentiments négatifs de la victime.

Le Persécuteur « le méchant »

Le persécuteur agit sur la victime. S’il tente de nouer cette relation avec une potentielle victime, celle-ci pourra réagir différemment : adopter la position de victime ou, au contraire, ne pas se laisser faire.

Le persécuteur n’est pas obligatoirement une personne : il peut être, par exemple, une maladie, une addiction comme l’alcool… ou tout élément perturbateur qui contribuera à placer la victime dans cette position.

Le persécuteur insiste : « Tout est de votre faute. ». Il contrôle, blâme, critique, oppresse ; est en colère, autoritaire, rigide et supérieur

Le Sauveur « le gentil »

C’est un rôle très gratifiant d’un point de vue narcissique mais qui place la victime en incapacité de résoudre ses problèmes. Il attend un persécuteur pour justifier son existence et une victime à sauver. L’entourage pourra suivre ou ne pas suivre dans cette pièce de théâtre.

La réplique du sauveur est « Laissez-moi vous aider ». Un élément facilitateur classique consiste en le sentiment de culpabilité que peut éprouver le sauveur s’il ne va pas à la rescousse de la victime. Cependant, son sauvetage a des effets négatifs : il garde la victime dépendante et lui donne la permission d’échouer. Les avantages découlant de ce rôle de sauvetage sont que l’attention du sauveur à lui-même est supprimée. Quand il concentre son énergie sur quelqu’un d’autre, cela lui permet d’ignorer sa propre anxiété et ses problèmes.

Les contes et les héros de notre enfance regorgent de ces relations stéréotypées.

N’est-ce pas alors normal que nous tombions nous-même dans ce piège, de ces relations peu constructives ? > Ma posture est rigide au sein du «triangle dramatique» : J’adopte un rôle de victime qui subit et se plaint. Ou un rôle de persécuteur qui attaque. Ou un rôle de sauveur qui intervient.

Les rôles y sont souvent très figés.

Ex: Cendrillon persécutée par sa belle mère est sauvée de sa condition misérable par un prince charmant (au préalable, elle recoit l’aide d’une fée).

Ex: Chaperon rouge / Loup / Bucheron

Ex: La célèbre comédie « Le dîner de cons » en est une parfaite illustration avec le fameux Pignon en victime et Brochant en Persécuteur.

Ex: Le héros (Superman, James Bond…) -SAUVEUR / un problème via le méchant ou la situation – PERSECUTEUR / une femme en danger -VICTIME

Toutefois, ce modèle transactionnel peut évoluer dans le temps. En effet, un personnage peut changer de rôle. Une victime peut devenir un sauveur ou un persécuteur au fil des événements. Cela ouvre la voie à des retournements de situations.

Car ces relations inappropriées et dysfonctionnelles, entrainant des jeux de dépendance et de manipulation, amènent aux ressentiments, à la culpabilité, à la vengeance…

Ex : Les 3 petits cochons (victime) du loup (persécuteur) /// qui se vengent en devenant bourreau du loup.

Relations changeantes : les rôles tournent dans le cadre du triangle «Victime Boureau Sauveur»

> Je change de rôle-de point de vue et m’assouplie. J’évolue, je me transforme au sein du «triangle dramatique». Mais je reste toujours enfermé dans ces jeux de rôles peux constructifs.

Les rôles ne sont pas figés de manière stricte. On peut être tour à tour victime puis persécuteur selon le contexte et la situation. Les rôles tournent : la victime devient bourreau de son ancien boureau…
Le sauveur devient victime / La victime devient sauveur….

Ex: dans la trilogie Star War de Georges Lucas avec le personnage complexe d’Anakin Skywalker-Dark Vador-

1/ Enfance d’Anakin Skywalker : enfant esclave /// VICTIME de cette situation.

Quand le Jedi Qui-Gon Jinn arrive sur Tatooine, il rencontre Anakin chez Watto (PERSECUTEUR). Il découvre rapidement que le jeune esclave pourrait être l’élu d’une ancienne prophétie. Pariant sur le jeune garçon lors d’une course avec Watto, le Jedi (SAUVEUR) obtient l’affranchissement d’Anakin et quitte la planète dans l’idée de faire de lui un Jedi.

Sa mère accepte de se séparer de son fils pour le sauver de sa situation d’esclave (SAUVEUR).

2/ Formation d’Anakin Skywalker : se forme en tant que Jedi pour devenir un SAUVEUR
Au delà de sauver le monde !
Son objectif personnel reste de sauver sa mère Schmi Skywalker, restée esclave sur la planète Tataoine -VICTIME-.
Esclave toujours de de Watto -PERSECUTEUR-

3/ Anakin Skywalker vient chercher sa mère sur Tataoine : passe de SAUVEUR à VICTIME de situations insupportables pour lui.
10 ans plus tard, devenu sauveur. Il revient sur Tataoine pour sauver sa mère de sa situation d’esclave.
Or, il comprend que sa mère -VICTIME- a été capturée, torturée et battue à mort par des hommes des sables -PERSECUTEURS-.

C’est un renversement de situation. Il échoue ici à être sauveur… Ca le perd, il est alors victime de cette situation.

Puis son objectif est de sauver sa femme de la mort annoncée lors de son accouchement.
Il se fait manipuler par Palpatine, Dark Sidious -PERSECUTEUR-.
Il décide de passer du côté obscur pour SAUVER sa femme. Il échoue. Il est VICTIME de cette situation -mort de sa femme-

4/ la colère entraine un désir de vengeance. Il devient Dark Vador -part sombre- -PERSECUTEUR-
Quand Vador apprit la mort de sa femme, il s’en prit à son maître. Ce dernier avoua son échec mais lui rappela que cette mort le rendait plus puissant dans le côté obscur. Alors il relâcha son emprise sur son maître, qui lui envoya des éclairs de Force, en soulignant le fait qu’il n’hésiterait pas à le tuer si cela se reproduirait.
Par désespoir, colère, il rentre complétement du côté obscur et devient Dark Vador -PERSECUTEUR-
Il est sous la coupelle de Dark Sidious -palpatine-.
Il repend alors le mal.

5/ la rencontre avec son fils Luc Skywalker -SAUVEUR- , qui le perçoit comme VICTIME et veut le ramener du côté de la lumière.

vers une RELATION plus FINE : Sortir du triangle : lors de la Scène du duel. Luc ne peut tuer son père.
Dark Vador, redevient père, redevient Anakin et ne peut tuer son fils.

Avant de mourir, il revient du côté de la lumière, il retrouve son identité d’Anakin.
Symboliquement et physiquement, il enlève son masque. Masque de douleur, colère pour revenir dans ses propres émotions.

Ils sont alors dans un véritable échange, dans un respect de qui ils sont.


Sortir du triangle dramatique.

Après avoir pris conscience de ces jeux de rôles et de leurs dysfonctionnements, on peut alors modifier nos relations.

Aller vers des relations vertueuses : « Responsable Challenger Coach »


Le responsable énonce une problématique en connaissant ses limites et capacités. Il retrouve alors ses propres responsabilités et son autonomie. Il n’est plus dépendant d’un sauveur. Il devient créateur -au sens de décideur et d’acteur- de sa propre vie.

Le challenger permet d’aller de l’avant. Il amène à se dépasser en proposant des défis réalistes. Il nous amène à surmonter les épreuves et à sortir d’une attitude de mollesse et de passivité. Il motive et dynamise.

Le coach écoute et propose de nouvelles perspectives. Il valorise et accompagne sans infantiliser. Il n’est pas là pour décider ni faire à notre place. Il nous laisse devant nos propres choix et responsabilité. Au besoin et si cela est souhaité, il peut par exemple nous écouter, nous apprendre, nous former. Il encourage et accompagne afin que nous puissions accéder à notre propre potentiel.

RELATIONS SAINES, BIENVEILLANTES, CONSTRUCTIVES et VERTUEUSES :

« Responsable Challenger Coach »

Relations fines et constructives
> Je me me réalise au sein d’un triangle basé sur l’échange constructif. Je deviens challenger, coach, créatif (responsable et puissant)

On apprend alors à communiquer et non plus à se plaindre (victime) ou à commander (bourreau) ou à faire pour l’autre (sauveur). L’écoute, la discussion, l’échange a lieu. On passe de victime à responsable /// de persécuteur à challenger /// de sauveur à coach.

On sort d’une vision stéréotypée et binaire, du bien et du mal. On gagne en souplesse en acceptant que l’autre soit différent de nous, et que l’on ne le comprenne pas toujours. On arrête de juger. Ici chacun se respecte dans ses différences, en conscience de ses capacités, de ses fragilités et de ses responsabilités. La relation n’est plus binaire, elle est ouverte. On apprend de l’autre. On se fait confiance, tout en restant vigilant (on n’est ni candide, ni méfiant).

On y prend sa juste place, on y exprime son cadre et ses limites. On fait notre part (sans trop en faire, ni pas assez), tout en laissant l’autre faire la sienne. On s’écoute et on y assume ses propres désirs et envie. On se fait passer en priorité et on se laisse le droit de décevoir l’autre, tout en en tenant compte (sans excès de gentillesse, ni malveillance). On lui signifie ce qui est juste pour soi. La relation saine amène à ne plus dire OUI à tout, le NON est possible. Et bien plus, toute la palette intermédiaire des compromis et des propositions devient possible.

On s’adapte tout en se rappelant que l’on fait de notre mieux. On se soutient et s’accompagne mutuellement pour libérer nos potentiels !

Merci à Valérie J. pour son suivi et ses transmissions.

La Cohérence Cardiaque

Cohérence Cardiaque
Cohérence Cardiaque

La cohérence cardiaque, une pratique simple pour s’apaiser.

La cohérence cardiaque est une pratique respiratoire qui a pour enjeu de venir déstresser – détendre notre corps physique, se détacher de nos émotions et de nos pensées obsessionnelles. C’est une pratique simple de RELAXATION.
Pour cela, il s’agit de contrôler le rythme de notre respiration et par ricochet gérer notre rythme cardiaque, en venant le ralentir et en équilibrant le temps d’expiration et d’inspiration.
On va alors prêter attention à notre respiration, habituellement automatique. On va ainsi respirer en conscience -lentement, régulièrement et profondément-.
 
Lors de stress, notre cœur et notre cerveau se désynchronisent. C’est un état de panique.
En contrôlant le rythme cardiaque, nous nous apaisons et calmons nos émotions. Nous mettons notre cœur et notre cerveau en cohérence. Retrouver cette harmonie est précieux pour toutes les fonctions vitales de notre corps.
On vient alors synchroniser, retrouver un état d’équilibre entre le système nerveux sympathique et le système nerveux parasympathique. Ce concept a été développé aux États-Unis dans les années 1990.
Pour cela, on utilise le rythme de 6 respirations par minute correspond à une fréquence respiratoire de 0,1 hertz qui est une fréquence de résonance de nombreux rythmes biologiques, dont notamment les systèmes sympathique et parasympathique.
 
Comment ca marche ? On peut retenir la règle du 365 : 
3 fois par jour / 6 cycles de respirations complètes par minute (soit 10s pour l’inspiration et l’expiration) / pendant 5 minutes.
Il faut adopter une inspiration abdominale par le nez et une expiration par la bouche, lèvres pincées.
Pour des raisons anatomiques et physiologiques la cohérence cardiaque doit se pratiquer en position assise et le dos bien droit.
> L’idée peut-être de l’enclencher par session préventive, par exemple sur une période de trois semaines. 
> Ou de l’enclencher en urgence, lors de stress intense. Ou pour éviter d’aller vers une attitude de compensation, de type addiction. 

Pourquoi pratiquer la cohérence cardiaque, lorsqu’on est stressé ?

Car cette pratique vient justement réguler le cortisol, l’hormone du stress.  
On va vers un apaisement généralisé. Les tensions physiques et émotionnelles se relâchent, nos pensées obsessionnelles cessent. 

Pourquoi répéter le processus 3 fois par jour ?

Car les effets durent maximum 4h. L’idée étant alors de couvrir au mieux notre journée.
 

La cohérence cardiaque : une pratique simple pour gagner en capital santé.

La pratique régulière enclenche de véritable bienfaits physiques. 
Cela a un impact positif sur les états de stress chronique, de dépression (sécrétion de sérotonine). 
Ca permet une meilleure concentration et mémorisation (grâce notamment à la sécrétion de dopamine).
C’est également bénéfique pour les enfants porteur de troubles de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDA / TDAH)
La pratique régulière augmente nos défenses immunitaires et a même des effets sur le métabolisme en favorisant la perte de poids en apportant un meilleur contrôle de la glycémie et de l’insulinémie.
On améliore la récupération après l’effort et la tolérance à la douleur.
 
En pratique : De nombreuses applications, vidéo, tutos existent.
Vous pouvez commencer par une application gratuite, comme : respirelax+  
On peut modifier certains paramètres, tels les durées relatives de l’inspiration et de l’expiration.
Plus le temps d’expire est long, plus on se détend, on récupère (activation du système parasympathique) / plus l’inspiration est longue plus on se dynamise (activation du système sympathique)….
 
Puis, si vous voulez approfondir cette pratique, Mental Waves propose des supports de qualité.
 

Augmenter les bienfaits de la cohérence cardiaque : 

> en y associant une détente corporel 

> en y associant des pensées et visualisations positives